J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombreTu te plains, ô captif solitaire du seuil,Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueilHélas! Du manque seul des lourds bouquets s’encombre.  Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre,Une veille t’exalte à ne pas fermer l’œilAvant que dans les bras de l’ancien fauteuilLe suprême tison n’ait éclairé … Lire la suite J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

De la lutte des classes

Penser la signification présente de la fin de la politique oblige à réélaborer le rapport établi par la pensée grecque entre le démos (le peuple) et l’ochlos (la plèbe), entre le pouvoir du peuple et le rassemblement turbulent des turbulences individuelles. Ce schéma initial, les pensées modernes de la démocratie l’ont généralement validé directement ou … Lire la suite De la lutte des classes

Michel Foucault : le génie de l’écart et l’art du contretemps

Les uns se querellent sans fin: son analyse des illusions de la libération sexuelle en fait-elle l'initiateur de la révolution queer ou le dénonciateur anticipé des mariages gays? Ses thèses sur la société disciplinaire n'en font-elles pas, tout au contraire, le précurseur des penseurs patronaux qui partent à l'assaut de la Sécurité sociale en chantant … Lire la suite Michel Foucault : le génie de l’écart et l’art du contretemps

Théorie et pratique du collectivisme oligarchique

La censure bâillonne, elle réduit au silence. Mais elle ne violente pas la langue ... Le libéralisme fonde son pouvoir sur l’absence de censure, mais il a recours à l’abus de langage. Le discours qui étalonne la valeur des mots, le vide en fait de sens -d’où une inflation verbale qui ruine la communication à … Lire la suite Théorie et pratique du collectivisme oligarchique

Sidi Ahmed Benengeli ! Comment t’écouter ? Comment t’entendre ?

Si je le pouvais, à ce point, je n’écrirais rien du tout. Il y aurait des photographies; pour le reste, il y aurait des fragments de tissu, des morceaux de coton, des mottes de terre, des paroles enregistrées, des bouts de bois et de fer, des flacons d’odeurs, des assiettes de nourriture et d’excrément. James … Lire la suite Sidi Ahmed Benengeli ! Comment t’écouter ? Comment t’entendre ?

Par delà l’orbe terrestre s’étend un vaste cimetière de comètes, aux lueurs mystérieuses, apparaissant les soirs et les matins des jours purs

L’Astronomie était la connaissance de l’ordre immuable qui dément les vaines prétentions des hommes à changer le cours des choses … Pour traduire sans reste le pouvoir de la loi scientifique en pouvoir spirituel régissant la société, Auguste Comte repoussait dans les ténèbres de l’inconnaissable ce qui s’étend au-delà du système solaire … Pour ne … Lire la suite Par delà l’orbe terrestre s’étend un vaste cimetière de comètes, aux lueurs mystérieuses, apparaissant les soirs et les matins des jours purs

1 On l’a tiré depuis longtemps, le frein d’urgence …

Walter Benjamin: Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire le frein d’urgence … Jacques Rancière est peu disert sur la question écologique, dont on voit pourtant qu’elle devient décisive pour qui s’interroge sur sur la violence de classe. Pourtant la question d’une modernité technique traverse … Lire la suite 1 On l’a tiré depuis longtemps, le frein d’urgence …

2 Mais perdre aussi nous appartient

Vois-tu l'axe de l'univers L'étoile polaire immuable? Autour les astres dans les airs Tourbillonnent comme du sable. Quel calme, que les cieux sont grands Et quel harmonieux murmure! Ma main dedans ta chevelure A senti des frissons errants! Un poète ouvrier Que dit Heidegger? Les gens de peu sont exilés de l’Être, mais ils n'en … Lire la suite 2 Mais perdre aussi nous appartient

Les noces de l’Esprit et de la Marchandise, une affaire de professionnels

La philosophie est assurément à la mode. Ce fut il y a quelques années le succès des cafés-philo où, avec l'aide d'un Animateur, n'importe qui pouvait venir le dimanche matin débattre des grandes questions de l'existence humaine. Puis vinrent les consultations de philosophie, la philosophie au service de l'entreprise, les semaines philosophiques organisées par diverses … Lire la suite Les noces de l’Esprit et de la Marchandise, une affaire de professionnels

L’histoire d’un autre âge en un lieu éloigné

Je ne crains pas trop pour ce livre les effets de la distance des temps, des lieux et des langues. Car il ne raconte pas simplement l’histoire d’une classe ouvrière d’un autre âge en un lieu éloigné. Il raconte une forme d’expérience qui n’est pas si loin de la nôtre. Les formes actuelles du capitalisme, … Lire la suite L’histoire d’un autre âge en un lieu éloigné

Faut-il abandonner le concept de citoyen ?

... Ce serait le minimum nécessaire pour affirmer une politique égalitaire dissociée du champ électoral ... La violence liée à la globalisation du capital est abordée par Jacques Rancière dans La Haine de la démocratie (2005). Le philosophe ouvre son pamphlet en déclarant qu’il n’a rien en commun avec ceux qui haïssent la démo­cratie. Où … Lire la suite Faut-il abandonner le concept de citoyen ?

Gilles Deleuze et Stephen King

Pour arracher M. Valdemar à son sommeil, je fis usage des passes accoutumées. Pendant quelque temps, elles furent sans résultat. Le premier symptôme de retour à la vie fut un abaissement partiel de l’iris. Nous observâmes comme un fait très-remarquable que cette descente de l’iris était accompagnée du flux très-abondant d’une liqueur jaunâtre (de dessous … Lire la suite Gilles Deleuze et Stephen King

La force des choses

Expliquer les gilets jaunes? Qu’entend-on par expliquer? Donner les raisons pour lesquelles advient ce qu’on n’attendait pas? Celles-ci, de fait, manquent rarement. Et pour expliquer le mouvement des gilets jaunes, elles viennent à foison: la vie dans des zones périphériques abandonnées par les transports et les services publics comme par les commerces de proximité, la … Lire la suite La force des choses

Ils n’ont pas d’âme et ils se permettent de revendiquer !

Regardons le pauvre crétin d’individu consommateur, submergé par le flot des marchandises et des images et séduit par leurs promesses fallacieuses. Ce souci obsessionnel à l’égard de l’étalage maléfique des marchandises et cette représentation de leur victime aveugle et complaisante ne sont pas pas nés au temps de Barthes, Baudrillard, Debord ou Finkelkraut. Ils se … Lire la suite Ils n’ont pas d’âme et ils se permettent de revendiquer !

Ne t’imagine pas que la nature est divine … Sinon … Ah, sinon !

Que signifie en vérité? La vérité, c’est l’essence du vrai. A quoi pensons-nous quand nous disons essence? Habituellement, l’essence du vrai passe pour le dénominateur commun de tout ce qui est vrai. L’essence se présente à nous comme la notion du caractère général et générique qui représente l’Un valant pour plusieurs. Mais cette essence indifférente … Lire la suite Ne t’imagine pas que la nature est divine … Sinon … Ah, sinon !

14 Avril 1834, les insurgés décident de se disperser dans la nuit

La politique a toujours plus au moins la forme de la constitution d’un théâtre. La politique a besoin de constituer des petits mondes sur lesquels il y a des unités qui se forment; ce que j’appellerais des sujets ou des formes de subjectivation, qui vont mettre en scène un conflit, mettre en scène un litige, … Lire la suite 14 Avril 1834, les insurgés décident de se disperser dans la nuit

Un pays où la loi commune est le seul principe de coexistence … Ce qui n’empêche pas, mais permet l’amour de la patrie. C’en est même la condition nécessaire …

Dans l'introduction de son grand livre Les Mots et les Choses, Michel Foucault évoquait la burlesque classification d'une certaine encyclopédie chinoise, citée par Jorge Luis Borges, qui partageait les animaux en appartenant à l'Empereur, embaumés, cochons de lait, qui s'agitent comme des fous, qui viennent de casser la cruche et autres catégories du même genre. … Lire la suite Un pays où la loi commune est le seul principe de coexistence … Ce qui n’empêche pas, mais permet l’amour de la patrie. C’en est même la condition nécessaire …

La charrue qui retourne le tchernoziom du temps

Littérature? C’est ce que le premier chapitre de La nuit des prolétaires met en scène: la douleur purement intérieure de celui qui ne fait rien (René, Werther ou Oberman), donc la douleur par principe refusée à ceux qui travaillent, est la médiation par laquelle la douleur prolétaire peut se contempler. Les héros romantiques ne souffrent … Lire la suite La charrue qui retourne le tchernoziom du temps

La réalité ne va pas tarder à se venger …

Le cinéma appartient au XIXéme siècle. Pas simplement parce qu’il est l’aboutissement de longues recherches pour reproduire la vie, fixer la lumière, décomposer et reproduire le mouvement, mais parce que cet ensemble d’opérations appartient lui-même à la pensée d’un siècle. Et cette pensée est une certaine monnaie, ou un certain monnayage de l’Absolu. Il y … Lire la suite La réalité ne va pas tarder à se venger …

Contrairement aux apparences ils ont donc éconduit l’apparence …

En juin 1848, la chronique parisienne de l’lllustrated London News offrait à ses lecteurs anglais, à la place des mondanités habituelles de la saison, des comptes rendus et des images des combats de rue qui opposaient les ouvriers insurgés au gouvernement. L’une de ces images nous montre une haute barricade, au sommet de laquelle parade … Lire la suite Contrairement aux apparences ils ont donc éconduit l’apparence …

Pourquoi répètent-ils que créer, c’est résister … Pour que rien ne change jamais, ô paradoxe !

On accorde volontiers à l'art une vertu de résistance. Dans le monde de l'opinion, cette affirmation ne pose pas de problème. Il y est admis que l'art résiste de diverses manières qui convergent en un pouvoir unique. D'un côté la consistance de l'œuvre résiste à l'usure du temps; de l'autre, l'acte qui l'a produite résiste … Lire la suite Pourquoi répètent-ils que créer, c’est résister … Pour que rien ne change jamais, ô paradoxe !

Existe-t-il un droit à la révolte ?

Droit et révolte, les deux notions semblent se contredire. L'idée de droit évoque la règle commune qui permet la coexistence des individus en société et ne peut être violée sans mettre en cause cette coexistence. La révolte, elle, apparaît comme le refus de cette règle: l'individu rejette la norme commune, le groupe révolté défie la … Lire la suite Existe-t-il un droit à la révolte ?

Un Orphée prolétaire

Cette publication [Opuscules et lettres de Gabriel Gauny, Presses universitaires de Vincennes, 1983] met à jour un problème négligé, celui du rôle de la philosophie dans la définition de l'expérience ouvrière et plus particulièrement celui des formes philosophiques et religieuses liées à la tradition illuministe. Les raisons de cette négligence sont assez claires: ces composantes … Lire la suite Un Orphée prolétaire

Communiste, le nom du Parti qui gouverne la plus puissante et la plus inégalitaire des dictatures contemporaines

Ce lien présent entre le mot communisme, l'absolutisme étatique et l'exploitation capitaliste doit être présent à l'horizon de toute réflexion sur ce qu'il peut aujourd'hui signifier. Ma propre réflexion sur ce mot partira d'une phrase extraite d'un entretien récemment accordé par Alain Badiou à l'organe du Parti communiste français: L'hypothèse communiste est l'hypothèse de l'émancipation. … Lire la suite Communiste, le nom du Parti qui gouverne la plus puissante et la plus inégalitaire des dictatures contemporaines

Pas de pratique plus emblématique de la démocratie que la création artistique …

... Éloge ou critique, l'art est souvent tenu pour élitiste, individualiste, l'artiste pour égoïste ou original … Et, qu'on le déplore où qu'on s'y résigne, la démocratie est souvent perçue comme le règne de la médiocrité. Le commun, ce serait le moyen. Le pouvoir du peuple serait le poids de la masse … Or la … Lire la suite Pas de pratique plus emblématique de la démocratie que la création artistique …