Nous sommes les prêtres du Pouvoir

Comment un homme s'assure-t-il de son pouvoir sur un autre, Winston? Winston réfléchit: En le faisant souffrir, répondit-il.Exactement. En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. Comment, s'il ne souffre pas, peut-on être certain qu'il obéit, non à sa volonté, mais à la nôtre? Le pouvoir est d'infliger des souffrances et des humiliations. 1984 Les … Lire la suite Nous sommes les prêtres du Pouvoir

Je rêve sur le bord du monde et de la nuit

Que vouliez-vous donc me dire? Hommes dans l’éloignement, criant la main en porte-voix, riant des gestes du dormeur. Sur le bord de la nuit et du crime, sur le bord du crime et de l’amour. Ô Rivieras de l’idéel, vos casinos sans distinction d’âge ouvrent leurs salles à tous ceux qui veulent perdre! Il est … Lire la suite Je rêve sur le bord du monde et de la nuit

La nuit sur ta gorge qui met sa main gantée de souveraine …

Est–ce toi qui noues les liens des Pléiades ou qui desserres les cordages d’Orion? Job, 38 Dans ses Observations sur le beau et le sublime, Kant écrit que si le jour est beau, la nuit est sublime. Un plaisir est appelé sublime lorsqu'il est lié à ce qui terrifie ou à ce qui dépasse les … Lire la suite La nuit sur ta gorge qui met sa main gantée de souveraine …

Deux leçons de Ténèbres

Les mots de la nuit permettent de métaphoriser les hésitations du commencement de la pensée. À propos de la nécessité de mettre en œuvre une méthode pour accéder à une vérité certaine, Descartes écrit: Comme un homme qui marche seul et dans les ténèbres, je me résolus d'aller si lentement et d'user de tant de … Lire la suite Deux leçons de Ténèbres

1 La Nuit a dévoré le Monde

Dans ses cours sur Nietzsche Heidegger entreprend de penser le nihilisme comme accomplissement du destin de la métaphysique comprise dans le tout de son histoire. Il reprend alors la question du nihilisme comme étant celle de l’époque de l’absurde où le monde ne fait plus sens. Le paradoxe est alors que cette époque est perpétuel­lement … Lire la suite 1 La Nuit a dévoré le Monde

As-tu jamais peint la couleur des ténèbres à la lueur d’une chandelle ?

Jun'ichirō Tanizaki, Éloge de l'ombre, 1933, traduit par René Sieffert, 1977 Le plus souvent, des patients viennent [en psychanalyse] en souffrance d’une parole empêchée, impossible, qui n’a jamais été dite ou reconnue. Ils se trouvent dans un silence subi, un silence qui n’est pas heureux. Leur silence est assigné. Quand Freud a commencé la cure par … Lire la suite As-tu jamais peint la couleur des ténèbres à la lueur d’une chandelle ?

III Quand vous foulerez ce bouquet d’orties qui avait été moi dans un autre siècle …

Extraits ... A l’ombre de nos pas perdus, se pose aujourd’hui encore la question bien humaine de résister. Le parcours commémoratif présenté ici propose une réponse possible entre les temps qui nous bousculent. Il réunit poèmes, témoignages vivants et lieux de mémoire autour de la Résistance. Bien qu’il s’y réfère explicitement, il ne se limite … Lire la suite III Quand vous foulerez ce bouquet d’orties qui avait été moi dans un autre siècle …

III Regardez moi passer, ténèbres

Un spectre hante l’Europe -le spectre du communisme. Spectre fut donc le premier nom, à l’ouverture du Manifeste du parti communiste. Dès qu’on y prête attention, on ne peut plus compter les fantômes, esprits, revenants qui peuplent le texte de Marx. Spectres de Marx commence par la critique d’un nouveau dogmatisme, c’est-à-dire d’une intolérance: Tout … Lire la suite III Regardez moi passer, ténèbres