Les philosophes rient beaucoup, mais ne troublent jamais le service

Une remarque de John Locke. La Mettrie a troublé le service, ce qui n'a pas fait rire les conseillers des princes. On ne peut manquer d’être frappé par le mépris brutal que La Mettrie a suscité parmi ceux de ses contemporains généralement tenus pour matérialistes. D’Holbach affirme que l’auteur de L’homme-machine a raisonné sur les … Lire la suite Les philosophes rient beaucoup, mais ne troublent jamais le service

De la parenté des vivants

Né en 1983, Baptiste Morizot est philosophe et enseigne à l’université d’Aix-Marseille. Il a publié en 2016 Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant (Wildproject) et, en 2018, Sur la piste animale (Actes Sud). Son dernier livre, Manières d’être vivant vient d’être publié chez Actes Sud. L'animisme, qui implique une négociation … Lire la suite De la parenté des vivants

Le rêve d’Adam

Dieu modela l’homme. Qui dit cela? L’époque moderne se signale par l’intérêt qu’elle porte à cette question. Alors que le récit est comme une réalité objective, projetée sur un écran lisse, l’homme d’aujourd’hui veut voir la cabine de projection, il veut même voir le tournage du film, savoir qui l’a tourné. Qui raconte? Nous passons … Lire la suite Le rêve d’Adam

1 Le murmure indécis des couleurs

Merleau-Ponty soutient la nécessité d’un intermédiaire de la vision. La profondeur est l’épaisseur d’un medium sans chose par lequel elles accèdent à leur visibilité. Il n’y a pas le voyant et le visible seulement, il y a l’entre-deux, l’obscurité du il y a, qui favorise la rencontre entre le voyant et le visible. L’ouverture est … Lire la suite 1 Le murmure indécis des couleurs

2 La nature est plus en profondeur qu’en surface, d’où la nécessité d’introduire une somme suffisante de bleutés …

Pour évaluer ce que Cézanne apporte à L’Œil et l’esprit quant à la question de la profondeur, écoutons-le un moment seul (sans Merleau ...): La nature, pour nous hommes, est plus en profondeur qu’en surface, d’où la nécessité d’introduire dans nos vibrations de lumière, représentés par les rouges et les jaunes, une somme suffisante de … Lire la suite 2 La nature est plus en profondeur qu’en surface, d’où la nécessité d’introduire une somme suffisante de bleutés …

1 Le nazisme, caricature démoniaque … Mais de quoi ?

Walter Benjamin: Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire le frein d’urgence … En réaction (c'est le cas de le dire) aux révolutions soviétiques, allemandes, italiennes, des années 1917-1921, le nazisme épousera, comme dans une prise de judo, ce projet de freinage bénéfique -constitutif de … Lire la suite 1 Le nazisme, caricature démoniaque … Mais de quoi ?

2 Un saut de tigre dans le passé

L'histoire est l'objet d'une construction dont le lieu n'est pas le temps homogène et vide, mais le temps saturé d'à-présent. Ainsi, pour Robespierre, la Rome antique était un passé chargé d'à-présent, qu'il arrachait au continuum de l'histoire. La Révolution française se comprenait comme une seconde Rome. Elle citait l'ancienne Rome exactement comme la mode cite … Lire la suite 2 Un saut de tigre dans le passé

3 Je veux t’écouter et t’entendre, Sidi Ahmed Benengeli, mais c’est toute une histoire …

Si je le pouvais, à ce point, je n’écrirais rien du tout. Il y aurait des photographies; pour le reste, il y aurait des fragments de tissu, des morceaux de coton, des mottes de terre, des paroles enregistrées, des bouts de bois et de fer, des flacons d’odeurs, des assiettes de nourriture et d’excrément. James … Lire la suite 3 Je veux t’écouter et t’entendre, Sidi Ahmed Benengeli, mais c’est toute une histoire …

De la sublimation, de la culture et du surmoi

La notion freudienne de sublimation désigne la capacité d’échange du but sexuel contre un but non sexuel, relatif aux créations de la culture. Cette transformation s’opère sous la pression d’une autorité extérieure incarnée par le père, puis introjectée dans le sujet sous la forme du surmoi, lui-même complice des énergies du ça ... Le surmoi … Lire la suite De la sublimation, de la culture et du surmoi

1 L’Être sauvage

Il faut reconnaître sans équivoque la réalité psychique, l'essence intra-subjective des formations morbides, l'opération fantastique qui reconstruit un monde en marge et à l'encontre du monde vrai, une histoire vécue sous l'histoire effective, et qui s'appelle la maladie. D'un autre côté le freudisme confirme la philosophie moderne dans sa description d'une conscience qui n'est pas … Lire la suite 1 L’Être sauvage