La résilience, un concept illusoire, pour faire passer en fraude le plus désuet des darwinismes sociaux …

Résilience? L’idée de quelque chose qui résiste aux pressions sans trop se déformer ou en pouvant retrouver sa forme, un peu comme un ressort, existe aux États-Unis depuis longtemps. Paul Claudel écrivait dans L’Élasticité américaine: Il y a dans le tempérament américain une qualité que l’on traduit là-bas par le mot resiliency, pour lequel je … Lire la suite La résilience, un concept illusoire, pour faire passer en fraude le plus désuet des darwinismes sociaux …

Je suis une merde

La torture va de l'usage de la gégéne à la gestion des ressources humaines ... L’analyse vaut pour toute institution. L’institution dit au sujet: Regarde ce que tu es: une pourriture. Ou bien le sujet se laisse nier, écraser, anéantir, acceptant de s’identifier à cette pourriture, à ce déchet, ou bien il adopte une attitude … Lire la suite Je suis une merde

2 Chaque parole, même quand elle échoue, porte une promesse de vérité

Si Dieu se révèle sans réserve car Il est lumière et en lui pas de ténèbres (1 Jn 1,5) et Tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître (Jn 15,15)- et  s'il se révèle par le récit selon l'amplitude des temps bibliques, alors il faut postuler que le récit conduit … Lire la suite 2 Chaque parole, même quand elle échoue, porte une promesse de vérité

3 Pour se distinguer du multiple, l’Unique a besoin de lui et de tout son espace

Du côté du récit biblique pris dans toute son extension, nous avons déjà reconnu que celui qui est l'origine est à la fois Père de l'Unique nouveau et créateur du Tout. Et cette dualité de fonction s'exprime précisément dans le récit biblique. Le récit relie dans leur ordre de succession l'ancien avec le nouveau et … Lire la suite 3 Pour se distinguer du multiple, l’Unique a besoin de lui et de tout son espace

4 L’éternité de l’Esprit réside dans son historicité

L'unique-nouveau a besoin de l'espace-temps dans tout son volume: ce volume est sa matrice. Mais dire cela, c'est dire que l’Élu a besoin de nous. Nous lui donnons ce qu'il est. Il est faible, dans sa kénose. C'est pour recevoir et pour recevoir de nous. La première forme d'amour que nous manifeste le Verbe incarné … Lire la suite 4 L’éternité de l’Esprit réside dans son historicité

5 L’individu ne peut se manifester comme unique que dans la mesure où son rapport à son peuple et à l’universel a été déployé

Par quelles voies se fera cette lente propulsion de l'unique hors de sa matrice créée jusqu'à ce que vienne l'heure où l'unique révèle l'unique, où le nouveau révèle l'origine, où le Fils révèle le Père? Le processus est celui d'une série de séparations successives, par lesquelles une nouveauté se sépare d'un commencement, lieu d'ancienneté. Heure … Lire la suite 5 L’individu ne peut se manifester comme unique que dans la mesure où son rapport à son peuple et à l’universel a été déployé

6 Le féminin , par quoi au lieu de passer les chose se passent

La mort de Jésus est sans pareille parce qu'elle rompt un lien sans pareil avec tout le créé et avec toute l'histoire. Il n'y a pas eu d'autre raison pour que fût racontée sa vie, son amour de la vie, lisible dans le nourrir et le guérir, sa mémoire incomparable de l'héritage d'Israël et c'est … Lire la suite 6 Le féminin , par quoi au lieu de passer les chose se passent

7 Elle partit en hâte pour la montagne, où habitait sa mère

Ne faut-il pas rapprocher l'ombre dont l'Esprit Saint couvre la vierge Marie d'après saint Luc, et la torpeur du sommeil de nescience dans lequel la première femme est séparée du premier homme en même temps que donnée à lui? Silence du non dicible. Au moins puis-je affirmer, car il est non seulement impossible mais aussi … Lire la suite 7 Elle partit en hâte pour la montagne, où habitait sa mère

Les expérimentations hasardeuses des Frères Composteurs

Aux jardiniers de La Rivière Bouvard et Pécuchet découvrent au cours d’une promenade un corps en putréfaction: Ils voulurent faire comme autrefois une promenade dans les champs, allèrent très loin, se perdirent. De petits nuages moutonnaient dans le ciel, le vent balançait les clochettes des avoines, le long d’un pré un ruisseau murmurait, quand tout … Lire la suite Les expérimentations hasardeuses des Frères Composteurs

La production industrielle d’engrais, puis de cadavres

La découverte prodigieuse qui porte les noms de Fritz Haber et de Carl Bosch est un procédé qui aboutit à la production abondante d’engrais à faible coût.Ce qui permit à la population mondiale d’atteindre les six milliards d’habitants en 2000 au lieu des 3,6 qui eût été le maximum estimé sans une telle découverte.  Avec … Lire la suite La production industrielle d’engrais, puis de cadavres

Qui es-tu, Edward Hyde ? De la boue de l’enfer, de la poussière amorphe …

Considérons d’abord l’interprétation proposée par Jekyll -ce que Stevenson nomme sa version de l’affaire. Par la place qui lui est accordée dans le récit, c’est cette version qui semble avoir été privilégiée par l’auteur, de sorte qu’elle fut aussi prioritairement rete­nue par ses lecteurs. La dualité dont il est question est celle du Bien et … Lire la suite Qui es-tu, Edward Hyde ? De la boue de l’enfer, de la poussière amorphe …

La langue n’a pas trouvé de mots, mais elle a continué …

Accessible, proche et sauvegardée, au milieu de tant de pertes, ne demeura que ceci: la langue. Elle, la langue, fut sauvegardée, oui, malgré tout. Mais elle dut alors traverser son propre manque de réponses, dut traverser un mutisme effroyable, traverser les mille ténèbres des discours porteurs de mort. Elle traversa et ne trouva pas de … Lire la suite La langue n’a pas trouvé de mots, mais elle a continué …

Prolégomènes à toute théologie future qui aura le droit de se qualifier de quantique

Premièrement, je considère ce que c'est que le corps d'un homme, et je trouve que ce mot est fort équivoque; car, quand nous parlons d'un corps en général, nous entendons une partie déterminée de la matière, et ensemble de la quantité dont l'univers est composé, en sorte qu'on ne saurait ôter tant soit peu de … Lire la suite Prolégomènes à toute théologie future qui aura le droit de se qualifier de quantique

J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombreTu te plains, ô captif solitaire du seuil,Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueilHélas! Du manque seul des lourds bouquets s’encombre.  Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre,Une veille t’exalte à ne pas fermer l’œilAvant que dans les bras de l’ancien fauteuilLe suprême tison n’ait éclairé … Lire la suite J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

De la lutte des classes

Penser la signification présente de la fin de la politique oblige à réélaborer le rapport établi par la pensée grecque entre le démos (le peuple) et l’ochlos (la plèbe), entre le pouvoir du peuple et le rassemblement turbulent des turbulences individuelles. Ce schéma initial, les pensées modernes de la démocratie l’ont généralement validé directement ou … Lire la suite De la lutte des classes

Du transfert ? Non, de l’amour

Le travail de l'analyse ne consiste pas à guérir, mais à rouvrir des blessures. Il n'a rien d'une consolation et ne peut qu'être suspect, socialement parlant. Jean Laplanche À propos d’une crise d’hystérie, de telle manifestation pho­bique, qui n’a pas entendu dire avec un air entendu: N’y faites pas attention, il/elle le fait exprès. C’est … Lire la suite Du transfert ? Non, de l’amour

1 J’ai été prisonnier du vertige gnostique

En mars 2006, la National Géographic Society publia sur son site internet la transcription et la traduction d’un apocryphe écrit en copte: L'Évangile de Judas. Trois spécialistes de renom­mée internationale -Rodolphe Kasser, Marvin Meyer et Gregor Wurst- avaient travaillé dans le plus grand secret pour reconstituer ce texte, très abîmé d’une part par son antiquité … Lire la suite 1 J’ai été prisonnier du vertige gnostique