Man gave names to the animals, long time ago …

Dieu modela l’homme. Qui dit cela? L’époque moderne se signale par l’intérêt qu’elle porte à cette question. Alors que le récit est comme une réalité objective, projetée sur un écran lisse, l’homme d’aujourd’hui veut voir la cabine de projection, il veut même voir le tournage du film, savoir qui l’a tourné. Qui raconte? Nous passons … Lire la suite Man gave names to the animals, long time ago …

1 Du nazisme et du Katekon

Walter Benjamin: Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire le frein d’urgence … Frein se dit aussi katechon. S’appuyant sur la Deuxième épître aux Thessaloniciens de Paul ainsi que sur d’autres textes des Pères de l’Église chrétienne, Carl Schmitt pose le katechon comme le concept … Lire la suite 1 Du nazisme et du Katekon

1 Habitée, la lumière venteuse?

Où réside l’esprit Au-dedans, au-dehors? Premier le cri de l’oiseau de mer? Première l’âme Imaginée dans l’aube froide de son cri Et son perchoir ultime? Le bâton fangeux d’un nid De corneille, au sommet de la vieille tour de pierre, Ou le buste de marbre dominant le parterre? Habitable, la forme accomplie? Habitée, la lumière … Lire la suite 1 Habitée, la lumière venteuse?

2 Le flambeau des analogies

Quand il leur parlait, il utilisait toujours des exemples. Mathieu, 13-34 La parole (parabole) compare, parle en figures: succession d'exemples chez Luc. Petites fables. Le kérygme parle par l'imagination: Imaginez- vous que ... Il annonce ce qu'il en est en comparant. Où sommes-nous? Qu'en est-il de cet ici -que nous appelons ici-bas? Le Royaume est … Lire la suite 2 Le flambeau des analogies

1 Voir l'Étrangère dans la grotte

L'homme a commencé par l’étrangeté de sa propre humanité. Ou par l’humanité de sa propre étrangeté. C’est en elle qu’il s’est présenté: il se l’est présentée, ou figurée. Tel fut le savoir de soi de l’homme, que sa présence était celle d’un étranger, monstrueusement semblable. Le semblable avait le pas sur le soi, et c’était … Lire la suite 1 Voir l'Étrangère dans la grotte

2 Dans les Ténèbres suressentielles

Denys l'Aréopagite: Trinité suressentielle qui es au-delà du divin, au-delà du Bien, Toi qui gardes les chrétiens dans la connaissance des choses divines, conduis-nous, par-delà l'inconnaissance, vers les très hautes et très lumineuses cimes des écritures mystérieuses. Là se trouvent voilés les simples, insolubles et immuables mystères de la théologie, dans la translumineuse Ténèbre du … Lire la suite 2 Dans les Ténèbres suressentielles

3 L'ombre des choses futures

Le stupéfiant commentaire suivi du Cantique des Cantiques par Paul Claudel n'est dépourvu ni de références scolastiques, ni d'allusions à la modernité. Il est présenté par Dominique Millet Gérard dans sa contribution (Le lumineux abîme du Cantique des Cantiques, Parole et Silence, 2008, courts extraits): Et ici, une fois encore, fissure dans le discours, de … Lire la suite 3 L'ombre des choses futures

Le temps sans passé, sans promesse, des hommes de Babel

Lorsque le petit Yniol, dans Pelléas et Mélisande, s'angoisse et chante: Il fait trop noir. Je vais dire quelque chose à quelqu'un, il ne sait pas clairement ce qu'est la conscience, transcendantale ou non, mais il s'ordonne immédiatement à l'origine: la parole, avec lui, sort de l'ombre, du rien -non qu'il y ait un rien … Lire la suite Le temps sans passé, sans promesse, des hommes de Babel

Il n’est pas bon que l’homme soit seul

Penser la démocratie avec la Bible Parmi les textes fondateurs de la culture occidentale, peut-on en trouver qui offrent des outils pour penser une autre pureté? Voyons deux exemples, tirés de la Bible et qui en des­sinent certains traits. On sait que, selon ce Livre, nul ne peut prétendre s’ap­procher du sanctuaire sans préparation. Les … Lire la suite Il n’est pas bon que l’homme soit seul

3 La terre est une ruine, où les animaux séjournent comme des fan­tômes …

A la nature nous opposons bien le monde des esprits? Elle acquiesça. Et nous pouvons voir en l’homme la charnière entre les deux mondes? Elle tomba d’accord sur ce point aussi. Ainsi, ne devrions-nous pas considérer comme un arrêt divin que cette nature s’élève jusqu’à l’homme pour trouver précisément en lui le point de réunion … Lire la suite 3 La terre est une ruine, où les animaux séjournent comme des fan­tômes …

II Mais voilà, les plans de vie en trois parties ne fonctionnent plus …

Car l'inconscient ne connait pas le temps. Ce qui peut se dire aussi, rêvez-y, Dieu est mort, Dieu comme fondement des valeurs. La pointe de la critique kierkegaardienne est l’absence d’un législateur suprême qui se tiendrait à l’extérieur de ma volonté, de ma liberté, de mon monde. C’est de cette bonne nouvelle qu'il faut partir. … Lire la suite II Mais voilà, les plans de vie en trois parties ne fonctionnent plus …