Terre, les grandes étoiles t’observent la nuit, toute la nuit, en bavardant comme des filles tsiganes

Ma terre, je suis ta fille Ma terre, ô mes forêts!Je suis ta fille. Les forêts chantent, la terre chante,et nous composons avec la rivière,le chant tsigane. J’irai par les montagnesla haute montagne,je porterai ma plus belle, ma plus riche jupetoute de fleurs cousues,et je crierai à tue-tête:c’est ici mon pays, rouge et blanc!Terre des … Lire la suite Terre, les grandes étoiles t’observent la nuit, toute la nuit, en bavardant comme des filles tsiganes

2 La Nuit des Temps

Quatre-vingts millions d’années avant la naissance de Purga, un ornitholeste chassait le diplodocus dans la dense forêt du jurassique. Cet ornith était une femelle dinosaure carnivore qui avait la bougeotte. Elle avait à peu près la taille d’un être humain, mais son corps était si svelte qu’elle en pesait à peine la moitié. Elle avait … Lire la suite 2 La Nuit des Temps

3 Je veux t’écouter et t’entendre, Sidi Ahmed Benengeli, mais c’est toute une histoire …

Si je le pouvais, à ce point, je n’écrirais rien du tout. Il y aurait des photographies; pour le reste, il y aurait des fragments de tissu, des morceaux de coton, des mottes de terre, des paroles enregistrées, des bouts de bois et de fer, des flacons d’odeurs, des assiettes de nourriture et d’excrément. James … Lire la suite 3 Je veux t’écouter et t’entendre, Sidi Ahmed Benengeli, mais c’est toute une histoire …

1 Habitée, la lumière venteuse?

Où réside l’esprit Au-dedans, au-dehors? Premier le cri de l’oiseau de mer? Première l’âme Imaginée dans l’aube froide de son cri Et son perchoir ultime? Le bâton fangeux d’un nid De corneille, au sommet de la vieille tour de pierre, Ou le buste de marbre dominant le parterre? Habitable, la forme accomplie? Habitée, la lumière … Lire la suite 1 Habitée, la lumière venteuse?

Rosie Keenan

Tes chansons, quand tu les chantes les deux yeux fermés Comme toujours, sont une route de campagne Dont nous aurions un jour connu chaque virage L’allée bordée d’une haie noircie de moucherons Où tu attendais aux aguets qu’une voiture Approche et passe et te laisse plus seul Que tu ne l’étais avant son passage. Chante … Lire la suite Rosie Keenan

L’ordre du temps

Écoutez. Je suis Jean. J’ai vu des choses sombres.Voyant vos passions, vos fureurs, vos amours,J’ai dit à Dieu: Seigneur, jugez où nous en sommes.Considérez la terre et regardez les hommes.Ils brisent tous les nœuds qui devaient les unir.Et Dieu m’a répondu: Certes, je vais venir! Victor Hugo En reprenant le grand livre de E.P. Thomson, … Lire la suite L’ordre du temps

Une grosse bêtise

Claudine avait élaboré au Collège de France une machine empirico-transcendantale. Enfin une expérimentation en métaphysique! Un petit modèle, qui n’opère que sur des objets de moins d’un kilogramme, sur des durées de dix minutes. Mais tout fonctionne. La Machine à Travailler les Dispositions dans le Temps ressemblait à une balance postale, avec plusieurs cadrans et … Lire la suite Une grosse bêtise

La Gaya Scienza de Cyrano. Cependant …

L’œuvre: quelques vers, quelques jeux de langage, des lettres fictives, galantes, satiriques ou poétiques, une comédie, une tragédie, quelques pamphlets politiques de circonstance, un roman de science-fiction en deux parties, et un fragment de physique, qui n’appartient même pas à l’auteur, puisque c’est celle de Rohault … Qu’est-ce donc que la philosophie chez un écrivain … Lire la suite La Gaya Scienza de Cyrano. Cependant …

Les sombres verdures et les hêtres verdoyants : ressources pour réconcilier le rêve de l’imagination et le monde réel de la misère …

Un des dons les plus remarquables de Charles Tomlinson est l’extrospection, le désir insatiable de voir, d'entendre, de saisir par l'esprit, ce grand Réel où nous nous trouvons, en disciplinant le moi pour que la poésie, au lieu de faire sa pâture de ces tours et retours de la vie intérieure qui fascinent l'esprit et … Lire la suite Les sombres verdures et les hêtres verdoyants : ressources pour réconcilier le rêve de l’imagination et le monde réel de la misère …

C’était là ce qu’il y avait de révoltant: que la boue de l’enfer semblât pous­ser des cris et posséder une voix …

Considérons d’abord l’interprétation proposée par Jekyll -ce que Stevenson nomme sa version de l’affaire. Par la place qui lui est accordée dans le récit, c’est cette version qui semble avoir été privilégiée par l’auteur, de sorte qu’elle fut aussi prioritairement rete­nue par ses lecteurs. La dualité dont il est question est celle du Bien et … Lire la suite C’était là ce qu’il y avait de révoltant: que la boue de l’enfer semblât pous­ser des cris et posséder une voix …

Le secret que murmure le vent dans les branches des saules …

Dans la ville de Lashnik, non loin de Lublin, vivaient un homme et une femme. Lui, c’était Chaïm Nossen. Elle, c’était Taibelé. Ils n’avaient pas de descendance. Non pas que le couple fût stérile: Taibelé avait donné à son époux un fils et deux filles, mais les trois enfants étaient morts bien jeunes, l’un de … Lire la suite Le secret que murmure le vent dans les branches des saules …