1 Éliminons les Nègres pour augmenter notre puissance et parler avec les fantômes

Les nègres n'ont rien d'analogue [à l'humanité blanche]. Ils continuent, même au milieu des Blancs, à vivre une existence végétative, sans rien produire que de l'acide carbonique et de l'urée ... Lorsqu’il s’agira de la race jaune, et, à plus forte raison, de la race noire, pour conserver, et surtout pour augmenter notre puissance mentale, … Lire la suite 1 Éliminons les Nègres pour augmenter notre puissance et parler avec les fantômes

Aristote : l’âme est en quelque façon toutes choses.

Qu’est-ce qu’un sujet? La question ne peut être posée. Un sujet, précisément, n’est pas quelque chose. Il n’est pas quelque chose et il n’est pas, si du moins on donne à être la valeur d’une forme d’ontologie substantielle. Le sujet n’est pas comme une chose est; il n’est pas non plus comme un être est, … Lire la suite Aristote : l’âme est en quelque façon toutes choses.

L’homme n’est pas qu’un Épisode …

Néglige ceux aux yeux de qui l'homme passe pour n'être qu'une étape de la couleur sur le dos tourmenté de la terre.Qu'ils dévident leur longue remontrance.L'encre du tisonnier et la rougeur du nuage ne font qu'un. René Char André Pichot appelle disjonction d’évolution la discontinuité physico-chimique qui surgit entre le vivant actuel et l’environnement actuel, … Lire la suite L’homme n’est pas qu’un Épisode …

1 L’erreur tragique du Professeur Frankeinstein

Il existe deux sortes de complexités: celle que l'on pourrait appeler complexité chaotique, qui se produit à partir d'éléments simples, et la complexité organique, celle de la vie produite à partir de la vie. Si la complexité qui se reconstruit est de type chaotique, on n'a aucune idée d'où on va. Cela suscite un problème … Lire la suite 1 L’erreur tragique du Professeur Frankeinstein

2 Que la matière est toujours forme

Sinon elle est substance. La matière sans forme, peut-on la dire, la penser? Aristote a essayé. SI on prend une cellule souche de l'embryon humain en principe programmée pour parti­ciper à la fabrication d'un pied pour la mettre là où il doit y avoir du cortex, elle fait du cortex. Preuve que la relation, la … Lire la suite 2 Que la matière est toujours forme

3 Les idées mènent le monde ! Oui, mais le monde forme les Idées …

Les Idées, c'est-à-dire les formes. Le fait d'isoler une fonction biologique implique bien un niveau de discréti­sation du vivant qui relève de la fiction. Précisons ce point: si on dit que le cœur sert à pomper le sang, on ne se trompe pas; mais si on veut remplacer un cœur organique déficient par un cœur … Lire la suite 3 Les idées mènent le monde ! Oui, mais le monde forme les Idées …

4 La vie ne répond jamais seulement à ce qui se présente là ici et maintenant …

Dans le camp de la science, le finalisme religieux est totalement rejeté. Il n'est toutefois pas besoin de rejeter la finalité en soi, mais seulement de mettre au rebut celle qui a besoin d'une transcendance consciente pour se trouver un sens. Pour tenter une définition très simple de ce qu'est un objet finalisé, je dirai … Lire la suite 4 La vie ne répond jamais seulement à ce qui se présente là ici et maintenant …

Si j’écris leur histoire, ils descendront de moi

Si j'écris leur histoire, ils descendront de moi Alfred de Vigny La capacité des chimpanzés et des orang-outangs à utiliser des outils a été largement reconnue. Toutefois, ces usages diffèrent de ceux qu’on observe dans les populations humaines. D'abord, quantitativement: ils restent exceptionnels, et cantonnés à quelques tâches bien particulières, tandis que chez l'homme ils … Lire la suite Si j’écris leur histoire, ils descendront de moi

Une ontologie de l’obsolescence programmée

On trouve clairement dans la philosophie de Heidegger l’idée selon laquelle il s’agit désormais de penser la question de l’être à partir de la consommation de l’étant: Les slogans de mai 1968 contre la société de consommation vont-ils jusqu’à reconnaître dans la consommation le visage actuel de l’être? Nouvelle figuration de l’être qui porte précisément … Lire la suite Une ontologie de l’obsolescence programmée

1 Un animiste cartésien

Né en 1983, Baptiste Morizot est philosophe et enseigne à l’université d’Aix-Marseille. Il a publié en 2016 Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, et, en 2018, Sur la piste animale. Son dernier livre, Manières d’être vivant a été publié chez Actes Sud. L'animisme, qui implique une négociation quotidienne avec d’autres … Lire la suite 1 Un animiste cartésien

1 L’animal doit être considéré comme un champ: tout à la fois matière et sens …

L’animal doit être considéré comme un champ, c’est-à-dire qu’il est tout à la fois physique et sens. Seulement un champ a des propriétés telles qu’il se distingue toujours des choses partes extra partes, car il comporte toujours une relation entre les parties et le tout. À la fois physique et sens: comment est-ce possible? Le … Lire la suite 1 L’animal doit être considéré comme un champ: tout à la fois matière et sens …

2 C’est en comprenant la façon dont les vivants se montrent qu’on peut avoir accès au mystère de L’Être …

Il y a deux façons de considérer l’animal, comme il y a deux façons de considérer une inscription sur une vieille pierre: on peut se demander comment cette inscription a pu être tracée, mais on peut aussi chercher à savoir ce qu’elle veut dire. De même, on peut soit analyser les processus de l’animal au … Lire la suite 2 C’est en comprenant la façon dont les vivants se montrent qu’on peut avoir accès au mystère de L’Être …

3 L’ontologisation de la topologie

Il n’y a pas d'objets comme tels pour l’animal, mais des porteurs de signification, c’est-à-dire des objets toujours investis d’une valeur, qui sont en tant qu’ils valent: Affordances. Mettre ainsi en relation obligée milieu et sens conduit à repenser la subjectivité animale dans la direction d’une reconnaissance de son activité instituante. Contre l’idée apparemment évidente … Lire la suite 3 L’ontologisation de la topologie

4 Une archéologie qui creuserait jusqu’à l’Être sauvage …

Cette vision sauvage et primordiale du monde, comme remède à la mauvaise dialectique: non pas deux termes en opposition (être et néant, infini et fini, présence et absence etc.), est celle d'un Être qui les contient sans les effacer, en étant ses propres différenciations -un Être qui se compose par couches, et qui se manifeste … Lire la suite 4 Une archéologie qui creuserait jusqu’à l’Être sauvage …

Finir chasseur

Imaginez une société qui porterait comme valeur la reconnaissance de notre statut d’êtres errants, d’êtres qui bivouaquent mais n’habitent pas, qui dérivent au lieu de s’installer, qui ont perdu leur statut d’exception pour devenir des êtres extraordinaires en compagnie d’autres êtres extraordinaires. Et maintenant imaginez comment la technologie pourrait être mise au service de cette … Lire la suite Finir chasseur

La culture était latente dans la nature

Le biface est l’une des choses les plus étranges et les plus énigmatiques de la préhistoire. J’ai devant moi, pendant que j’écris ces lignes, une reproduction exécutée sur ma demande par un artisan professionnel de la pierre. C’est un objet magnifique, parfaitement exécuté, mais dont l’utilité est loin d’être évidente. Il tient exactement dans la … Lire la suite La culture était latente dans la nature

1 L’Être est cela qui demande de nous création pour que nous en ayons connaissance …

Rauschenberg demande en 1953 un tableau à Willem De Kooning, afin de le goudronner et d’en faire une de ses œuvres, en l’effaçant. De Kooning le lui accorde, et choisit même un dessin qu’il lui sera diffi­cile d’effacer avec art -c'est-à-dire de produire par effacement une autre œuvre, et non pas seulement de la détruire … Lire la suite 1 L’Être est cela qui demande de nous création pour que nous en ayons connaissance …

2 A l’improbable, c’est-à-dire à ce qui est …

L’Ego qui dit ce qu’il comprend dans une figure mathématique ne se saisit que comme pensant. Mais, si je n’étais pas effectivement existant, comme un individu, comment pourrais-je échapper au doute relative­ment à ce que je pense, comment même pourrais-je jamais me trom­per? Si je doute, si je pense, c’est parce que je suis saisi … Lire la suite 2 A l’improbable, c’est-à-dire à ce qui est …

3 Vers les profondeurs, les insondables profondeurs du souffle primordial …

Être libre n’est pas être sans liens, sans dépendances, sujet absolu désengagé, mais pouvoir créer une expérience qui permette de poursuivre, de sortir des impasses. L’idée d’une individuation de la liberté est contraire à cette conception. Merleau-Ponty et Sartre adoptent à ce propos deux perspectives très diffé­rentes. Selon Sartre, la liberté rend possible l'action; selon … Lire la suite 3 Vers les profondeurs, les insondables profondeurs du souffle primordial …

1 Qu’est-ce que Clara ? Les marronniers en fleurs

De Platon à Heidegger, la philosophie a beaucoup parlé en dialogues, comme si ce type d’échange où chacun engage son manque et sa (vraie ou fausse) plénitude constituait pour elle un langage de réfé­rence dont tout système monologué doit, un jour ou l’autre, faire l’épreuve. Clara -un dia­logue, précise le titre- illustre cette tradition de … Lire la suite 1 Qu’est-ce que Clara ? Les marronniers en fleurs

2 Si au sein même de la nuit une lumière se levait, si un jour noc­turne et une nuit transfigurée nous entouraient tous, ce serait là le comble de tous nos vœux …

Le philosopher s'éveille avec le sentiment de la rude écorce du fini, sous laquelle l'infini se trouve enchainé, et en quelque sorte enseveli ... Le dialogue semble concerner un unique objet -le problème éternelle­ment pressant de l’immortalité de l’âme. On peut certes justifier ce choix par la situation personnelle de Schelling, au lendemain de la … Lire la suite 2 Si au sein même de la nuit une lumière se levait, si un jour noc­turne et une nuit transfigurée nous entouraient tous, ce serait là le comble de tous nos vœux …

3 La terre est une ruine, où les animaux séjournent comme des fan­tômes …

A la nature nous opposons bien le monde des esprits? Elle acquiesça. Et nous pouvons voir en l’homme la charnière entre les deux mondes? Elle tomba d’accord sur ce point aussi. Ainsi, ne devrions-nous pas considérer comme un arrêt divin que cette nature s’élève jusqu’à l’homme pour trouver précisément en lui le point de réunion … Lire la suite 3 La terre est une ruine, où les animaux séjournent comme des fan­tômes …

Comment le symbole nous fait voir l’invisible …

L'opération de pensée qui engendre le symbole n'est pas un procédé particulier et accessoire, mais un mode fondamental de la connaissance humaine. Il y a un mode symbolique de connaissance et celui-ci est un des deux modes de la connaissance intuitive, le second n’étant autre que le mode schématique de connaissance sur lequel a particulièrement … Lire la suite Comment le symbole nous fait voir l’invisible …

2 Le Verbe ne fait qu’un avec le temps originaire …

Reconnaissons d’abord qu’une telle lecture -l'imagination comme pouvoir originaire antérieur à la dualité de l’entendement et de la sensibilité- contredit sans aucun doute à la lettre du kantisme; ce qui scandalisa grandement Jean Lacroix, dans son beau Que-Sais-Je? sur Kant! Ainsi, dans l’analyse de la troisième synthèse, celle qui a pour objet la recognition dans … Lire la suite 2 Le Verbe ne fait qu’un avec le temps originaire …