La culture était latente dans la nature

Le biface est l’une des choses les plus étranges et les plus énigmatiques de la préhistoire. J’ai devant moi, pendant que j’écris ces lignes, une reproduction exécutée sur ma demande par un artisan professionnel de la pierre. C’est un objet magnifique, parfaitement exécuté, mais dont l’utilité est loin d’être évidente. Il tient exactement dans la … Lire la suite La culture était latente dans la nature

Mundus est fabula

Un interdit d’origine morale qui nous empêche d’af­fronter le problème, au lieu de nous aider à le résoudre: voilà une bonne définition du tabou. L’un des tabous les plus puissants de la fausse conscience écologique (ou supposée telle) qui se répand dans le débat contemporain est celui de l’anthropomorphisme: l’interdiction de toute tendance à re­connaître … Lire la suite Mundus est fabula

Descartes le cœur des bêtes

Il y a deux façons d'aborder la question de la différence entre l'homme et l'animal: dans la perspective de l'histoire des sciences, pour mesurer l'influence de la thèse cartésienne sur les savants; ou en la rapportant au développement de la pensée cartésienne. Or celle-ci détermine une façon pour l'homme de se rapporter à lui-même et … Lire la suite Descartes le cœur des bêtes

Bruno Latour se propose d’abolir la République et de transformer le monde en laboratoire …

Nom de Dieu! Il avait pourtant l'air d'un bon garçon! Pourquoi diable? Pour remplacer la démocratie -et donc forclore à jamais la lutte des classes- par une espèce de débat baptisé composition entre humains et non-humains, où Monsanto et les campagnols auraient les mêmes droits. Tiens, qui va gagner. Caricature? Hélas: ... Comme si tout ce … Lire la suite Bruno Latour se propose d’abolir la République et de transformer le monde en laboratoire …

1 L’animal doit être considéré comme un champ: tout à la fois physique et sens …

L’animal doit être considéré comme un champ, c’est-à-dire qu’il est tout à la fois physique et sens. Seulement un champ a des propriétés telles qu’il se distingue toujours des choses partes extra partes, car il comporte toujours une relation entre les parties et le tout. À la fois physique et sens: comment est-ce possible? Le … Lire la suite 1 L’animal doit être considéré comme un champ: tout à la fois physique et sens …

2 C’est en comprenant la façon dont les vivants se montrent qu’on peut avoir accès au mystère de L’Être …

Il y a deux façons de considérer l’animal, comme il y a deux façons de considérer une inscription sur une vieille pierre: on peut se demander comment cette inscription a pu être tracée, mais on peut aussi chercher à savoir ce qu’elle veut dire. De même, on peut soit analyser les processus de l’animal au … Lire la suite 2 C’est en comprenant la façon dont les vivants se montrent qu’on peut avoir accès au mystère de L’Être …

3 L’ontologisation de la topologie

Il n’y a pas d'objet comme tel pour l’animal, mais des porteurs de signification, c’est-à-dire des objets toujours investis d’une valeur, qui sont en tant qu’ils valent: Affordances. Mettre ainsi en relation obligée milieu et sens conduit à repenser la subjectivité animale dans la direction d’une reconnaissance de son activité instituante. Contre l’idée apparemment évidente … Lire la suite 3 L’ontologisation de la topologie

4 Une archéologie qui creuserait jusqu’à l’Être sauvage …

Cette vision sauvage et primordiale du monde, comme remède à la mauvaise dialectique: non pas deux termes en opposition (être et néant, infini et fini, présence et absence etc.), est celle d'un Être qui les contient sans les effacer, en étant ses propres différenciations -un Être qui se compose par couches, et qui se manifeste … Lire la suite 4 Une archéologie qui creuserait jusqu’à l’Être sauvage …

5 L’homme est entré sans bruit

André Pichot appelle disjonction d’évolution la discontinuité physico-chimique qui surgit entre le vivant actuel et l’environnement actuel, le déphasage causé par deux évolutions disjointes (celle du vivant et celle de l’environnement) qui sont maintenant en relation. Deux histoires disjointes se sont mises en place à partir de cette continuité (bien que les termes en évolution … Lire la suite 5 L’homme est entré sans bruit

Comment la mycologie élargit la justice sociale aux acteurs non-humains

Le livre d’Anna Tsing, Le Champignon de la fin du monde a montré à un large public ce que l’anthropologie peut dire des phénomènes de mondialisation. En partant d’un champignon apprécié par les consommateurs japonais, le matsutake, il raconte l’histoire globale des plantations sous l’effet du capitalisme et de la colonisation. Il pose ainsi la … Lire la suite Comment la mycologie élargit la justice sociale aux acteurs non-humains

Des poètes, des bardes et des visionnaires chez les dauphins et les baleines …

Rechercher une vie intelligente extra-terrestre est toujours synonyme de rechercher une technologie avancée. Mais il n’est pas du tout clair que l’utilisation d’outil appartienne à mon essence, ou à mon propre, d’une façon significativement différente de celle d’un chimpanzé. Si un chimpanzé et moi sommes échoués sur une île déserte avec seulement notre intelligence pour … Lire la suite Des poètes, des bardes et des visionnaires chez les dauphins et les baleines …

1 La liberté et l’inquiétude de la vie animale …

La naissance fait sortir l’animal d’un milieu où il puisait directement sa subsistance. La satisfaction des besoins n’est plus immédiate. L’individu doit y pourvoir. Le différé entre le besoin et la satisfaction est la condition de possibilité du désir, dont le corrélat est le manque. L’individu est séparé de ce dont il veut s’approcher. L’existence … Lire la suite 1 La liberté et l’inquiétude de la vie animale …

2 L’homme n’est pas une bête, mais il est celui qui se réfléchit dans les bêtes, pour construire sa propre animalité

Épanouissement, une des traductions possibles du concept néo-darwinien de fitness. Et en grec: oikéiôsis. Une figure qui a été trop oubliée par la post-modernité est celle de l'oikéiôsis, en son sens stoïcien: l’animal est saisi comme un être qui possède une forme d’intériorité, étant mû par une représentation de la normalité, au sens d'épanouissement, de … Lire la suite 2 L’homme n’est pas une bête, mais il est celui qui se réfléchit dans les bêtes, pour construire sa propre animalité