À la Une

De la désublimation répressive

La sublimation articule pulsion et langage, affects et valeur. La sublimation ne nie pas la réalité, elle en reconnaît la contrainte mais elle passe outre, et au passage elle invente un langage. Anne Dufourmantelle https://youtu.be/MnRS_FtQrJw?t=46 La notion de sublimation désigne chez Freud une capacité, celle d'échanger le but sexuel de la pulsion contre un but … Lire la suite De la désublimation répressive

À la Une

C’est une belle aventurière. Elle parle l’anglais, assez bien, et le martien à la perfection …

Une aventurière? Allons donc! C'est une demoiselle de magasin! ... D'un grand magasin, d'une de ces maisons de commerce d'où est bannie toute notion d'humanité et où les malheureuses sont contraintes de rester debout onze heures par jour, et exposées aux foudres de l'honorable patron pour chaque instant de repos pris à la dérobée et … Lire la suite C’est une belle aventurière. Elle parle l’anglais, assez bien, et le martien à la perfection …

À la Une

Philosopher après la Shoah

Cette photo fait partie d’une série de quatre images. On connaît depuis peu le nom du photo­graphe: Alberto Errera, un officier grec. ­Déporté à Auschwitz-Birkenau en tant que juif, il a été placé dans le Sonderkommando: c’est eux qui brûlent les cadavres dans les fours crématoires ou les bûchers à ciel ouvert, comme ici. Une … Lire la suite Philosopher après la Shoah

Prolégomènes à toute théologie future qui aura le droit de se qualifier de quantique

Premièrement, je considère ce que c'est que le corps d'un homme, et je trouve que ce mot est fort équivoque; car, quand nous parlons d'un corps en général, nous entendons une partie déterminée de la matière, et ensemble de la quantité dont l'univers est composé, en sorte qu'on ne saurait ôter tant soit peu de … Lire la suite Prolégomènes à toute théologie future qui aura le droit de se qualifier de quantique

Les nuages ont l’air d’oiseaux prenant la fuite …

Par moments le vent parle, et dit des mots sans suite,Comme un homme endormi.Tout s’en va. La nature est l’urne mal fermée.La tempête est écume et la flamme est fumée.Rien n’est hors du moment. L’homme n’a rien qu’il prenne, et qu’il tienne, et qu’il garde.Il tombe, heure par heure, et, ruine, il regardeLe monde, écroulement … Lire la suite Les nuages ont l’air d’oiseaux prenant la fuite …

J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombreTu te plains, ô captif solitaire du seuil,Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueilHélas! Du manque seul des lourds bouquets s’encombre.  Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre,Une veille t’exalte à ne pas fermer l’œilAvant que dans les bras de l’ancien fauteuilLe suprême tison n’ait éclairé … Lire la suite J’appelle Ettie, morte en automne à vingt-sept ans

De la lutte des classes

Penser la signification présente de la fin de la politique oblige à réélaborer le rapport établi par la pensée grecque entre le démos (le peuple) et l’ochlos (la plèbe), entre le pouvoir du peuple et le rassemblement turbulent des turbulences individuelles. Ce schéma initial, les pensées modernes de la démocratie l’ont généralement validé directement ou … Lire la suite De la lutte des classes

Derrière le buisson infouillable du songe

La jeune fille avec un amant prit la fuiteLe village accusa aussitôt les BohémiensEt la gendarmerie se mit à leur poursuiteDe son côté et moi du mien. Rejoignant la roulotte, par les petits rideauxJe n'aperçus dedans qu'une misère noireMalgré tous les larcins et les biens illégauxQue les gendarmes faux prétendirent y voir. Le forain dut … Lire la suite Derrière le buisson infouillable du songe

Du transfert ? Non, de l’amour

Le travail de l'analyse ne consiste pas à guérir, mais à rouvrir des blessures. Il n'a rien d'une consolation et ne peut qu'être suspect, socialement parlant. Jean Laplanche À propos d’une crise d’hystérie, de telle manifestation pho­bique, qui n’a pas entendu dire avec un air entendu: N’y faites pas attention, il/elle le fait exprès. C’est … Lire la suite Du transfert ? Non, de l’amour

1 J’ai été prisonnier du vertige gnostique

En mars 2006, la National Géographic Society publia sur son site internet la transcription et la traduction d’un apocryphe écrit en copte: L'Évangile de Judas. Trois spécialistes de renom­mée internationale -Rodolphe Kasser, Marvin Meyer et Gregor Wurst- avaient travaillé dans le plus grand secret pour reconstituer ce texte, très abîmé d’une part par son antiquité … Lire la suite 1 J’ai été prisonnier du vertige gnostique