Donne moi la main, que je te montre la passe des Espionnes

Elles recèlent la poésie en mélinite bien dosée dans des bonbonnes A volonté, elles changent de verdure Elles jouent à la roulette avec les jours de leurs calendriers C’est Rirette Maitrejean au cœur tremblant qui nous est à peine apparue Elle préparait si bien le thé pour la bande à Bonnot Les désirs roulaient autour … Lire la suite Donne moi la main, que je te montre la passe des Espionnes

La raison pour laquelle je devins le gardien du cimetière de Saint Guitton, Monsieur le Juge ? Mon Dieu, la faim et le froid …

Imaginez-vous quelqu’un, vêtu d’un complet d’été, ayant fait soixante kilomètres séparant deux villes: celle où on lui a refusé tout travail et tout secours, et celle qui fut son dernier espoir. Imaginez-vous cet être nourri de carottes glacées sentant le purin et l’engrais et de pommes reinettes, aigres et dures, oubliées sur l’herbe d’un verger … Lire la suite La raison pour laquelle je devins le gardien du cimetière de Saint Guitton, Monsieur le Juge ? Mon Dieu, la faim et le froid …

Dans le silence de la nuit, à l’heure où le lion de Juda ressuscita d’entre les morts, moi, Joachim …

... Je vis un ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel pour le proclamer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue et à tout peuple, et qui disait d’une voix forte: Craignez Dieu et glorifiez-le, car l’heure de son jugement est venue ! … Lire la suite Dans le silence de la nuit, à l’heure où le lion de Juda ressuscita d’entre les morts, moi, Joachim …

En ce temps là tu peignais des rêves pour Robert le Diable

Desnos en marchant sans fin par les rues Me lisait de longs manuscrits en prose à l’encre rouge Où se mariaient Jules Verne Sade et Nerval Toute parole en ce temps-là semblait avoir une odeur d’ambre Tu touchais à la nuit d’une façon distraite Comme à une porte ouverte sur un néant familier Tu peignais … Lire la suite En ce temps là tu peignais des rêves pour Robert le Diable

Le Bélier de la Nuit

Les architectes de Babel parlaient un jargon dépourvue de sens -intraduisible, puisqu’il voulait tout dire, galimatias démoniaque … Pape Satan, pape Satan, aleppe, s’écrie d’une voix enrouée Plutus au début du chant VII de l’Enfer. Ne convenait-il pas que le loup maudit aux lèvres enflées, le dieu des avares, le dieu de l’or, s’exprimât dans … Lire la suite Le Bélier de la Nuit

Mesurent-ils bien ce qu’ils préparent, ceux qui s’unissent aux filles des nains détestables, graisseurs de moyeux, piqueurs de bœufs lents, nettoyeurs d’étables ?

Partis du pays des hauts pics neigeux, Des vallons mouillés par les sources vives, Nous en emportons les rires, les jeux, Les frais souvenirs, sans chansons plaintives. Aux pays nouveaux nous trouverons mieux. Esclaves, hâtez la marche endormante Des troupeaux. L’agneau sait téter alors Que la brebis court en broutant la menthe. De vos aiguillons … Lire la suite Mesurent-ils bien ce qu’ils préparent, ceux qui s’unissent aux filles des nains détestables, graisseurs de moyeux, piqueurs de bœufs lents, nettoyeurs d’étables ?

Mon pays embaumé : 100 millions de dollars

J’appartiens à un pays que j’ai quitté. Tu ne peux empêcher qu’à cette heure s’y épanouisse au soleil toute une chevelure embaumée de forêts. Rien ne peut empêcher qu’à cette heure l’herbe profonde y noie le pied des arbres, d’un vert délicieux et apaisant dont mon âme a soif … Viens, toi qui l’ignores, viens … Lire la suite Mon pays embaumé : 100 millions de dollars

La Messagère partie en avant

Le Voyageur J’étais là-bas, le premier homme blanc. Ils n’avaient pas eu connaissance du débarquement. L’endroit est isolé par la nature du terrain. Quant à moi, plutôt que de parler, je les écoutais, c’était tellement singulier et mon voyage me pressait. Ceux qui sont arrivés hier, presque tout un village -et d’autres vont suivre- voudraient … Lire la suite La Messagère partie en avant

Il y a quelque part en Angleterre un tombeau que ne distingue ni la somptuosité du monu­ment, ni la mélancolie du site …

... Mais cette inscription laconique: Le plus malheureux. On l'aurait, dit on, ouvert, mais sans y trouver trace de restes humains. Le mort serait il ressuscité avant les temps? Ou erre-t-il à l'aventure sur la terre? A t il quitté maison et foyer, ne laissant que son adresse? Ou n'aurait il pas encore été retrouvé, … Lire la suite Il y a quelque part en Angleterre un tombeau que ne distingue ni la somptuosité du monu­ment, ni la mélancolie du site …

Pour un orphisme quantique

Les constellations n'existent pas. Seules existent les étoiles qui les composent. C'est un lemme de la science moderne. C'est aussi l'un des traits différentiels qui séparent la phusis des Anciens et la Nature post-galiléenne. Que les constellations existent, cela suivait de la relation privilégiée qu'entretient la phusis au regard. Car elles se donnent à voir; … Lire la suite Pour un orphisme quantique

Borges, un de ces ironique faiseurs de labyrinthes, où la vérité s’évapore ? Mais non, un homme moderne …

Borges est durement méconnu. Une grande pensée de notre époque s’est reconnue dans son œuvre, et c’est l'immense succès de cette doctrine qui a précipité sa gloire. Mais cette philosophie n'était pas la sienne, il n'a jamais fait que s'en approcher, en ces points où elle est véridique. Cette philosophie souligne que la notion ne coïncide … Lire la suite Borges, un de ces ironique faiseurs de labyrinthes, où la vérité s’évapore ? Mais non, un homme moderne …