Cette longue couvée, ce long envol de grues sauvages …

Homère, l’insomnie. Et les voiles tendues.

J’ai lu jusqu’au milieu le Catalogue des vaisseaux.

Cette longue couvée, ce long envol de grues

Sauvages qui jadis franchit le ciel de Grèce.

Grues s’enfonçant en coin vers d’étrangers confins,

(L’écume divine ceint la tête des rois)

Vers quels ports voguez-vous? Ô guerriers achéens,

Vous seriez-vous sans Hélène, souciés de Troie?

Tout est mû par l’amour -Homère et l’océan.

Qui donc puis-je écouter? Car Homère se tait.

La mer est noire et murmure, vaticinant,

Dans un grondement sourd mourant à mon chevet.

Ossip Mandelstam, 1915

Traduit du russe par François Kérel

Cnossos, cueilleuse de safran, vers -1500

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s