Je me démens, je vous défie, je me défile ; et vous dites que je me défends

Au cours d’une intervention à la clinique neuropsychiatrique de Vienne en 1955, Lacan fait s’exprimer la vérité à la première personne:

Je suis donc pour vous l’énigme de celle qui se dérobe aussitôt qu’apparue, hommes qui tant vous entendez à me dissimuler sous les oripeaux de votre convenance … Où vais-je donc, passée en vous, où étais-je avant ce passage? Peut-être un jour vous le dirai-je? Mais pour que vous me trouviez où je suis, je vais vous apprendre à quel signe me reconnaître.

Balthus-The-roomHommes, écoutez, je vous en donne le secret. Qu’un flair plus sûr que toutes vos catégories vous guide dans la course où je vous provoque: car si la ruse de la raison, si dédaigneuse qu’elle fût de vous, restait ouverte à votre foi, je serai, moi la vérité, contre vous la grande trompeuse, puisque ce n’est pas seulement par la fausseté que passent mes voies, mais par la faille trop étroite à trouver au défaut de la feinte et par la nuée sans accès du rêve, par la fascination sans motif du médiocre et l’impasse séduisante de l’absurde.
Cherchez, chiens que vous devenez à m’entendre.

Limiers que Sophocle a préféré lancer sur les traces hermétiques du voleur d’Apollon qu’aux trousses sanglantes d’Oedipe, sûr qu’il était de trouver avec lui au rendez-vous sinistre de Colonne l’heure de la vérité. Entrez en lice à mon appel et hurlez à ma voix. Déjà vous voilà perdus, je me démens, je vous défie, je me défile; et vous dites que je me défends.

Voir l’éloge funèbre rédigé par Dom Lacan au lendemain de la mort de son frère Jacques

Balthus