Les Bois Maudits du Canton de L’Arbresle

L’année mil sept cent cinquante cinq dans le carême et l’an 1756 deux loups cerviers (que les personnes de la campagne appelaient loups garous au commencement de leurs ravages (le grand nombre de paysans soutenaient que c’était des personnes couvertes d’une peau) dévorèrent et mangèrent en tout ou en partie environ 25 personnes à Savigny où ils continuaient à paraître et ou ils en prirent c’est à dire tuèrent un nombre, aussi à Bessenay, Bibost, Saint-Julien-sur-Bibost, Montrottier, Ancy, Saint-Romain-de-Popey, Bully, L’Arbresle, Chevinay et dans cette paroisse ou ils tuèrent une fille qui était dans sa douzième année appartenant à François Danerdy habitant du Fonay qui était à garder les bœufs et les vaches de son père avec son frère le lundi de pâques 1756. Ils en blessèrent un plus grand nombre qu’ils ne tuèrent et qu’ils auraient également dévorés s’ils n’avaient été secourus, entre-autre la sage femme de cette paroisse laquelle quoique hardie et d’une taille des plus avantageuses eu toute la face déchirée.

Paroisse de Savigny, Registre 177 GG 4, Extrait.

Fait le 14 février 1757, Brietton, Curé

Un des sommets de la littérature universelle

Quelques victimes retrouvées dans les archives (par Pierre Marenda):

01) Anne Tricaud, 14 ans (27 février 1755 à Savigny)

Le 27 février mil sept cent cinquante cinq a été dévorée par une bête féroce qui n’a laissé d’elle que sa tête toute décharnée et une légère partie de ses os, Anne fille d’Antoine Tricaud tixerant à Sain-Bel et Marie Bonnet âgée de 14 ans et environ 1 mois, étant alors domestique dans le domaine de Monsieur Ferrand notaire à Lyon ainsi que l’ont certifié les soussignés.

02) Pierre Guillon, 10 ans (4 avril 1755 à Savigny)

Le quatre avril mil sept cent cinquante cinq a été inhumé dans le cimetière de Savigny Pierre Guillon fils de Barthélémy Guillon et de Françoise Fenouillet maître maréchal à Ancy étant au service de Pierre Fenouillet à Perponce paroisse de Savigny, dévoré la veille par une bête féroce âgé de 10 ans. Ont été présents Pierre Fenouillet et Jean Guillot.

03) Mathieu Gervais, 9 ans (22 juillet 1755 à L’Arbresle)

Mathieu âgé d’environ neuf ans fils de Pierre Gervais granger de Monsieur Berger bourgeois de Lyon et Jeanne Rochet ses père et mère, ayant été dévoré hier par un animal farouche qui depuis près d’un an ravage les terres circonvoisines, a été inhumé ce jour d’hui vingt-deuxième juillet mil sept cent cinquante cinq, dans l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de L’Arbresle par nous vicaire soussigné et en présence de son dit père et d’Antoine Dufour Maître tailleur au dit L’Arbresle.

04) Catherine Cusset, 10 ans (28 septembre 1755 à Bully)

Catherine fille de Claude Cusset et de Claudine de Saint-Jean habitant de «Roche Catin» lieu de Bully, décédé hier âgée d’environ dix ans pour avoir été dévoré par un loup ou une autre bête féroce, a été enterrée dans l’église paroissiale du dit Bully, par moi vicaire du dit lieu, le vingt huit septembre mil sept cent cinquante cinq en présence de Charles Guigoud et Pierre Brochet.

05) Jean Marie Dubost, 13 ans (28 octobre 1755 à Savigny)

Jean Marie Dubost Fils de Christophe Dubost et de Claudine Thiver Habitants d’Ancy, demeurant chez Pierre Cabillion habitant de cette paroisse âgé de 13 ans, a été inhumé dans le cimetière Saint-André de Savigny le vingt huit octobre mil sept cent cinquante cinq ayant été dévoré la veille par une bête féroce. Ont été présents Pierre Cabillion et Antoine Barbiaud.

06) Benoite Danerdy, 9 ans (lundi de Pâques 19 avril 1756 à Sourcieux-les-Mines)

Benoite fille légitime de François Danerdy habitant de la paroisse de Sourcieux et de Benoite Moulon, âgée de neuf ans, dévorée hier par les loups cerviers, a été inhumée par nous curé soussigné dans le cimetière de la dite paroisse, l’an mil sept cent cinquante six et le vingt avril lundi de Pâques. En présence du dit François Danerdy et de Claude Hegipas.

07) Marguerite Pinet, 11 ans (20 avril 1756 à Saint-Julien-sur-Bibost)

Le vingt avril mil sept cent cinquante six, j’ai inhumé dans le cimetière de Saint-Julien, Marguerite Pinet âgée d’environ onze ans, munie de sacrement de pénitence et d’extrême onction, fille de Jean François Pinet habitant de cette paroisse et de Jeanne Subrin, laquelle enfant était à mettre chez Subilon du hameau et faisant paître ses bêtes, deux animaux féroces, l’un gros comme un bon bidet tirant sur le rouge ressemblant à un loup à l’exception qu’il avait une queue courte, et l’autre gros comme un bon matin, mais blanc sous le ventre et une grande queue longue, la saisirent au gosier et lui endommagèrent tellement le cou de cette enfant en est morte. Et enterrée en présence de Mathieu Canis et de Jean Guainon témoins requis de la paroisse qui ont déclarés ne savoir signer. Ces animaux ont dévorés quantités de bergers dans le voisinage, et cela dure depuis deux ans.

08) Benoit Thiver, 10 ans (4 mai 1756 à Brullioles)

Le 19 mai j’ai enterré au cimetière la tête et le col de Benoit Thiver âgé de près de 10 ans qui fut dévoré par une bête féroce le quatre de ce mois dans les bois de Pothi et qui n’a été trouvé que ce jourd’hui, fils d’Antoine Thiver habitant de cette paroisse.

09) Pierrette Devilard, 7 ans (12 mai 1756 à Saint-Romain-de-Popey)

Pierrette Devilard fille de Joseph Devilars et de Jeanne Duter ses père et mère, locataires de la paroisse de Saint-Romain-de-Popey âgée d’environ sept ans ayant été dévoré par le loup le douze mai mil sept cent cinquante six. A été inhumée dans le cimetière de l’église paroissiale de Saint-Romain-de-Popey le treize du même mois en présence de Joseph Devilard son père et d’Antoine Pierre.

10) Étienne Monin, 6 ans (14 juin 1756 à Saint-Romain-de-Popey)

Etienne fils de Claude Monin habitant de Saint-Romain-de Popey âgé de six ans, ayant été dévoré par le loup le quatorze juin mil sept cent cinquante six a été inhumée dans le cimetière de l’église paroissiale de Saint-Romain-de-Popey le quinze du même mois en présence de Claude Monin son père et de Gabriel Durant.

Maurice Sand, 1858, Les Lupins

11) Pierre Delorme, 13 ans (25 juin 1756 à Chevinay)

Pierre fils naturel et légitime de Claude Delorme et de Barthélémie Benier habitant de la paroisse de Courzieux, âgé de treize ans ou environ, dévoré par un animal le vingt cinq juin mil sept cent cinquante six sur la paroisse de Savigny, a été inhumé le jour suivant avec le consentement de Maître Besnier curé de Savigny dans le cimetière de la paroisse de Chevinay, ou le dit enfant demeurait depuis Pâques, par moi curé soussigné et en la présence d’Antoine Colomb, de Simon Ponchon et claude Chaubas tous habitants de Chevinay.

12) Jean Baptiste Chazaud, 7 ans (26 juin 1756 à Bessenay)

Jean Baptiste âgé de sept ans et huit mois, fils de Claude Chazaud et de Antoinette Vialon ses père et mère mariés de la commune, décédé le vingt sixième de ce mois par une mort violente causé par un loup carnassier qui l’a entraîné dans le bois et lui a déchiré le visage, a été enterré dans le cimetière de la paroisse de Bessenay ce jour d’hui vingt septième juin mil sept cent cinquante six par moi soussigné vicaire de la paroisse et en présence de Claude Chazaud et de Jean Pinaton.

13) Élisabeth Blanc, 11 ans (13 juillet 1756 à Bessenay)

Élisabeth fille de Pierre Blanc et de Jeanne Marie Simon habitant du «Vernay» paroisse de Bessenay décédée âgée de onze ans le treize de ce mois d’une mort violente causée par un loup carnassier qui l’a étranglée, a été enterrée dans le cimetière de la paroisse de Bessenay ce jour d’hui quatorzième juillet mil sept cent cinquante six par moi soussigné vicaire de ce lieu et en présence de Pierre Blanc et Jean Deville.

14) Jeanne Challu, (14 juillet 1756 à Bully)

Jeanne Challu fille légitime de Jean Challu de son vivant habitant de Leny annexe du Boisdouaing et de Susanne Jimbert, dévorée par les loups le quatorze juillet mil sept cent cinquante six, n’ayant pu trouver de son cadavre que l’os d’une cuisse et sa tête qui a été trouvée dans les environs de L’Arbresle.

15) Jean Malaval, 9 ans (22 août 1756 à Montrottier)

Jean Malaval âgé d’environ neuf ans et demi, décédé d’hier de mort violente, ayant été dévoré d’un animal féroce inconnu, a été inhumé dans le cimetière de l’église paroissiale de Montrottier, par le soussigné le vingt deuxième août mil sept cent cinquante six en présence de Pierre Planu et de Pierre Dussus.

16) Baptiste Chavane, 8 ans (19 octobre 1756 à Saint-Julien-sur-Bibost)

Ce dix neuf octobre mil sept cent cinquante six, j’ai inhumé dans le cimetière de Saint-Julien, Baptiste Chavane âgé d’environ huit ans, tué par des animaux féroces que règnent depuis trois ans dans les montagnes dont le nom est inconnu et qui fonts beaucoup de dégâts. Batiste Chavane est fils de Pierre Chavane et de Claudine Notin. En présence de Mathieu Canis et de Jean Guainon témoins requis de la paroisse qui ont déclarés ne savoir signer.

17) Claudine Guillot, 4 ans (21 octobre 1756 à Savigny)

Le vingt et un octobre mil sept cent cinquante six a été inhumé Claudine Guillot fille de Jean Guillot et de Jeanne Dumas habitants de Perponce paroisse de Savigny, âgée de quatre ans, dévorée le même jour par un bête féroce. Ont été présents Jean Guillot père de l’enfant et Antoine Barbiaud.

18) Jean Baptiste Bobin, 14 ans (20 novembre 1756 à Brullioles)

Le 20 novembre j’ai enterré au cimetière Jean Batiste Bobin âgé de 14 ans et 8 mois dévoré le jour d’hier sur l’heure de midi par une bête féroce dans les bois de «Pothi» fils de Jean Claude Bobin maçon dans cette paroisse.

19) Anne Charassin, 9 ans (24 novembre 1756 à Montrottier)

Anne Charassin âgée de neuf ans et demi ayant été dévorée et mangée à moitié par les loups, inhumée le vingt quatre novembre mil sept cent cinquante six dans le cimetière de l’église paroissiale de Montrottier par moi curé soussigné avec les cérémonies accoutumées en présence de Philippe Bretonnier et de Pierre Dussus.

25 victimes recensées à Savigny, Bessenay, Bibost, Saint-Julien, Montrottier, Ancy, Saint-Romain, Bully, L’Arbresle, Chevinay entre 1755 et 1756.

Cette histoire, parfaitement documentée dans les archives communales, demande toujours à être éclaircie. Elle ne le sera jamais.