Guerres civiles en filigrane

Un feu de ferme flambe au fond de ce désert
Aux herbes des fossés s’accroupit le silence
Un aéro dit son rosaire et te balance
Une fusée au-dessus d’Ablain Saint-Nazaire

Les spectres égarés brouillent leurs propres traces
Les pas cent fois refaits harassent leur raison
Des panaches de peur montent à l’horizon
Interférences des deux guerres je vous vois

Voici la nécropole et voici la colline
Ici la nuit s’ajoute à la nuit orpheline
Aux ombres d’aujourd’hui les ombres d’autrefois

ldi2319p-let-aragon

Louis Aragon, croix de guerre 1918

La nuit de Mai, 1940